Pens(I)onsQuartier, le réseau social de chair et d'os

Teaser

Depuis 2013, ce projet développe des réseaux de voisins dévoués à l’entraide. Une initiative solidaire en plein boom à Bruxelles, notamment auprès des seniors.

"À la retraite, vous avez deux possibilités: soit vous restez chez vous, assis toute la journée, soit vous partagez l’énergie qu’il vous reste avec les autres.” À 72 ans, Andrea a choisi la deuxième option. Chaque jeudi, entre 14 et 16 heures, cet ancien maître d’hôtel pousse la porte d’une des antennes du projet Pens(i)onsQuartier, rue Van Artevelde, en plein centre de Bruxelles. Parmi les autres bénévoles, des réguliers: Dominique, 73 ans, Marie-Hélène, même tranche d’âge, et Jean-Louis, le coordinateur. “Cette semaine, c’est la quatrième fois que j’accompagne un monsieur à l’hôpital. Il vient de se faire opérer de la cataracte, explique Andrea avec un doux accent italien et des cigales dans la voix. Il se trouve qu’il a travaillé toute sa vie comme avocat à la Cour des comptes européenne. Or, vous n’imaginez pas le nombre de personnes dans le quartier qui ne savent pas ce que sont leurs droits. S’il pouvait donner quelques conseils, ce serait tellement utile…” Pens(i)onsQuartier vise à mettre en contact des personnes âgées et handicapées ayant besoin d’un coup de main pour une course, un trajet ou simplement un peu de réconfort, avec des personnes qui souhaitent les aider. Les participants s’engagent à se soutenir mutuellement, sur la base de la  réciprocité: quelqu’un qui demande de l’aide pourrait en donner à un autre moment.

Un réseau social alternatif, mais avec des échanges bien réels et du lien au-delà des écrans. “Une enquête révèle qu’un Bruxellois sur huit a besoin d’un coup de main de temps en temps, mais ne sait pas vers qui se tourner, explique Charlotte Hanssens, coordinatrice. Nous, nous apportons une entraide volontaire, en complémentarité avec les mutualités, l’aide à domicile, les infirmiers et les services sociaux… Mais avec une particularité: chaque bénéficiaire offre à son tour un petit service. C’est du donnant-donnant. Et ça change tout!

Pour découvrir la suite de l'article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Plus de Actu

Notre Selection