Mieux que le piétonnier, le boulevard

Teaser

Marie-Paule Kumps, brillante en Potiche dans une mise scène tonique et colorée de Nathalie Uffner.

Un classique du boulevard écrit par les champions du genre – Pierre Barillet et Jean-Pierre Gredy qui font du Desperate Housewives avant Desperate Housewives – créé par Jacqueline Maillan, autant dire la patronne du théâtre parisien des années 60-70. La pièce a été réanimée au cinéma par un François Ozon très inspiré d’avoir confié le rôle de Maillan à Catherine Deneuve qui n’est jamais aussi drôle que lorsqu’on la sort de son concept originel (star froide à texte.) Revoici Potiche dans une version Théâtre des Galeries avec une Marie-Paule Kumps idéale, dirigée par une Nathalie Uffner qui manie à la perfection les codes du boulevard tout en repulpant la mécanique du rire et offrant une visibilité aux personnages secondaires, dans le fond, très peu présents dans la pièce.

L’histoire est celle de Suzanne Pujol, grande bourgeoise, héritière d’une usine de parapluies dirigée par son mari, le très à droite Robert Pujol. Confronté à une grève, surmené et malmené par son cœur, l’odieux patron coureur de jupon (il a une liaison avec sa secrétaire – bien sûr) est obligé de céder son poste de direction à son épouse qui découvre les joies du management affectif et, en passant, la lutte des classes à laquelle elle n’est pas tout à fait insensible… À la prise de pouvoir de Suzanne, prétexte à quelques sorties sur le féminisme, s’ajoutent les révélations sur la paternité des enfants du couple Pujol, autre thème (avec celui de l’infidélité) qu’on trouve dans l’ADN de la comédie de boulevard.

Malgré quelques accents vieillots dans le texte qui contient pourtant des punchlines de fou, l’ensemble reste d’une étonnante fraîcheur, véhicule un propos vaguement réactionnaire mais toujours d’actualité (genre "C’est donc cela un ouvrier? C’est sympa."). Impeccables, Marie-Paule Kumps et ses partenaires ont suivi à la lettre les indications de Nathalie Uffner qui sait mieux que quiconque que le rire est une affaire de timing, de rythme et de crescendo. Plus on avance dans ce Potiche, plus on s’amuse, plus on rit et plus on en redemande. 

> POTICHE. Jusqu’au 15/5. Théâtre des Galeries, Bruxelles. 02/512.04.07. www.trg.be

 

Plus de Scène

Notre Selection