Incroyable Jardin extraordinaire

Claudine Brasseur
television07/02/2012 08h09Marie Frankinet

Avec 47 ans d'antenne et toujours pas une ride, Le jardin extraordinaire n'est pas près de fâner! Tandis que l'offre télé de docus animaliers n'a jamais été aussi florissante.

Double réjouissance pour le magazine le plus nature de la RTBF! Alors que Claudine Brasseur fêtait ses 20 ans de présentation le 29 janvier, son Jardin extraordinaire en a profité pour prendre son envol en rassemblant 450.000 téléspectateurs fidèles au poste. Le magazine, à la peine face aux Desperate Housewives de RTL-TVI, tient enfin sa revanche en surpassant le lancement du premier épisode de The Event, nouvelle série de la chaîne privée. Et en télévision le Jardin est un cas unique tandis que depuis un temps l'offre documentaire est irriguée par une belle remontée de sève.

Claudine Brasseur est évidemment ravie: "C'est quasiment miraculeux que le Jardin soit toujours à l'antenne. Si vous regardez, il n'y a pas d'autres vraies émissions "nature" à 20 heures. Et c'est notre force! Nous accompagnons les documentaires, nous proposons un avant-propos et une fermeture, nous ajoutons des infos qui n'y sont pas. Surtout, nous rapportons le reportage à notre réalité propre". Depuis 1965 et son lancement, la mécanique du Jardin extraordinaire n'a pas changé. Certes, l'émission a connu des phases de creux, d'autres un peu plus joyeuses. Mais elle est restée au fil des saisons, miraculeusement, LE rendez-vous familial dominical par excellence.

Avec 450.000 téléspectateurs l'autre dimanche, vous faites très fort! Quelle est votre recette du succès?
Claudine Brasseur - La thématique du hérisson a beaucoup plu! (Rire.)... Ça faisait un petit temps que nous n'avions plus fait une si belle audience. Les Desperate Housewives étaient vraiment coriaces. Là, une tendance s'est inversée dans les attentes du public. Prenez notre documentaire sur les volcans Virunga. Il y a quelques années, ce film aurait battu à plate couture un reportage sur les hérissons. Aujourd'hui, c'est le contraire. Il y a un retour vers la nature bien de chez nous.

La vague écolo favorise-t-elle le succès de l'émission?
Non. Au contraire, nous remarquons de plus en plus que les sujets environnementaux n'intéressent plus énormément les gens. Ils en sont fatigués et ça les effraie. Aujourd'hui, aborder des sujets environnementaux, c'est parler forcément de taxes, de catastrophes, de choses pas très joyeuses, ce qui provoque un "repli sur soi" généralisé. Les journalistes politiques et économiques sont face à la même problématique. En lien avec ce repli sur soi, le désir des gens se tourne vers des émissions qui émerveillent, des documents positifs, des thématiques plus axées sur les explications de la biologie par exemple.

Vous délivrez aussi des conseils pratiques. C'est pour essayer de faire changer les choses?
Oui, aujourd'hui les téléspectateurs sont avides de propositions pour aider la nature. Avec la thématique des hérissons, nous avons clairement expliqué les démarches pour les accueillir chez soi. C'est exactement ce que les personnes recherchent. On se sent tellement impuissants face aux problèmes du monde, tout ça nous dépasse! Et tout d'un coup, on offre des clefs pour pouvoir redevenir acteur, à notre niveau, de notre destin collectif. Ça semble pompeux, mais je pense que c'est ce qui intéresse les gens en 2012.

Comment choisissez-vous vos sujets?
Ma ligne éditoriale dépend principalement de l'éthique des documentaires. J'achète des reportages qui correspondent à ma vision de la vie et de la nature. Je ne choisirais jamais un film favorable au maintien d'animaux exotiques en captivité, comme animaux domestiques par exemple. Un chien de prairie c'est très mignon, mais ce n'est pas fait pour être dans une cage. Il faut aussi que les documents soient instructifs, beaux et bien filmés. Pour émerveiller et transmettre des connaissances. Pareil pour les reportages que nous produisons, nous choisissons des thèmes proches du quotidien des gens. Sur la pollution de la Meuse par exemple. Ce qui me motive principalement, c'est cette envie de partager avec les gens. Quand j'aime un reportage, je veux que tout le monde le voie, je me réjouis de le présenter. Et ça, ça passe avant l'envie de faire de l'audience.

La production du Jardin coûte cher?
Le Jardin a un excellent rapport qualité/prix. Tout à fait raisonnable. Depuis le temps et avec l'expérience, on sait comment faire pour ne pas exploser les budgets (rire).

Si le Jardin est si porteur à un coût intéressant, pourquoi ne fait-il que 30 minutes d'antenne?
Ce n'est pas faute d'avoir essayé de prolonger. Et c'est une demande récurrente des téléspectateurs. Mais nous devons tenir compte du pivot absolu de 20h50. Pour le respecter, nous avons vraiment des difficultés quand nous sommes face à un excellent docu que l'on doit raccourcir. En même temps, une demi-heure, ce n'est pas "trop" long non plus. Cela permet aux enfants de regarder l'émission avant d'aller au lit.

La majorité des reportages animaliers durent 52 minutes, ça vous oblige à les couper...
J'aurais 40 minutes, je serais beaucoup plus à l'aise. Quand j'ai commencé le Jardin, je n'achetais pratiquement que des 26 minutes, aujourd'hui, c'est le contraire! En plus, les docus longs sont de bien meilleure qualité qu'avant. C'est vachement plus complexe de les remonter en 26 minutes. L'ultime solution est de parfois couper un docu en deux parties, proposées sur deux émissions. Comme pour les hérissons.

Y a-t-il des thèmes qui vous tiennent plus à cœur?
Toutes les espèces menacées. Voir à quelle vitesse le monde se dégrade dans tous les sens et la responsabilité qu'on a là-dedans m'horrifie. C'est mon obsession. On se demande comment ne pas rester impuissant. Les gens sont en attente de réponses concrètes. Tout n'est pas dans les mains du particulier, mais ce dernier a aussi un droit de vote et ça, on a tendance à l'oublier!

En parlant de droit de vote, avez-vous déjà été approchée par un parti politique, comme Ecolo?
Tiens, non, jamais... Mais d'autres partis ne se sont pas gênés pour me réprimander ou appeler ma direction quand ils n'étaient pas contents d'un sujet.

Après 20 ans de Jardin, pensez-vous à un successeur?
A une "successeuse" (rire)! Il faudrait forcément que ce soit une femme. Pour que l'émission continue dans cette direction, je suis obligée de penser à la suite... Outre l'âge, je pourrais avoir un accident ou que la direction décide que je ne conviens plus. Donc je cherche, autour de moi, mais rien n'est encore fixé.

Marie Frankinet

LE JARDIN EXTRAORDINAIRE
Tous les dimanches La Une 20h10

Tags: ,





Sélection moustique

CaribouCaribou

Our Love

Alt-J 2014Alt-J

This Is All Yours

Leonard Cohen - Popular ProblemsLeonard Cohen

Popular Problems

Calogero 2014Calogero

Feux d'artifice