Inquisitio: La série qui sent trop le soufre

Inquisitio
television03/07/2012 09h22Harold Nottet

Des pestiférés, des sorcières et des bûchers. France 2 lance son thriller médiéval Inquisitio. En vous souhaitant un agréable été...

Le bourreau n’a pas encore fait son office, mais ça sent déjà le roussi du côté de la première chaîne publique française. France 2 a-t-elle pété les plombs en programmant cette série dark au mois de… juillet? "Je ne comprends pas, s'étonne Nicolas Cuche, créateur, scénariste et réalisateur (également derrière David Nolande, Flics, Le chasseur). On ne peut pas dire que cette programmation soit très cohérente par rapport à l'univers d'Inquisitio. Ce n'est pas une série d'été qu'on a envie de voir quand il fait beau mais plutôt en automne quand il fait gris et que les nuits s'allongent. Je leur ai pourtant cassé les pieds jusqu'au bout mais je pense que France 2 n'est pas très à l'aise avec ce programme..."

En effet,la chaîne assume-t-elle encore son choix initial? Il faut dire que ce projet ambitieux ne date pas d’hier et est déjà passé sous les yeux inquisiteurs de trois directeurs de la fiction et de deux présidents de France Télévisions avant sa diffusion. À croire que cette série basée sur le face-à-face sanglant entre un grand maître de l'Inquisition catholique et un jeune médecin juif est devenue trop sulfureuse pour les écrans publics.

Buzz fumant

D'autant que ce thriller médiéval était précédé d'un petit jeu en ligne qui permettait de condamner (virtuellement) ses amis et de les voir brûler vif sur le bûcher de l'Inquisition... Trop, c'est trop. Suite aux foudres de certains téléspectateurs, la chaîne a immédiatement censuré le dispositif arguant qu'elle ne pouvait accepter un tel jeu sur le service public. "Ça a un peu dérapé, reconnaît Nicolas Cuche. Au départ, on voulait faire un truc dans le genre "Et vous, auriez-vous survécu à cette époque?". Mais au moment de le mettre en ligne, il y a eu un bug et ils ont dû bricoler un jeu en quatrième vitesse, vachement plus simple et plus direct. Le nouveau slogan a cartonné et la chaîne a complètement été dépassée!" Bad buzz? Une chose est sûre, si France 2 comptait diffuser Inquisitio en catimini en plein mois de juillet, c'est raté...

Le manque de conviction de France Télévisions à l'égard de cette saga est peut-être à chercher du côté de sa crédibilité historique. "Ce n'est pas la nature du projet, admet Cuche. Inquisitio n'est pas une fiction télé à vocation pédagogique mais bien un polar bâti sur les codes de la série. Nous avons donc pris des libertés scénaristiques mais Inquisitio se déroule bien au cœur d'une vérité historique."

Certains personnages de la série ont d'ailleurs réellement existé, à l'instar de l'illuminée Catherine de Sienne, de Pierre de Luxembourg ou encore de l'affreux recteur de Turennes, mieux connu sous le surnom de Fléau de Provence.Sans parler du Grand Inquisiteur qui se trouvait bien à Carpentras à cette époque-là. "Il s’agissait aussi de tendre un miroir déformant à notre époque, à travers des problématiques qui sont encore les nôtres: la tentation de l’obscurantisme, l’imbrication du religieux et du politique." Et lorsqu'un suppôt du pape Urbain VI s'apprête à répandre la peste au nom de Dieu, on ne peut s'empêcher de faire la comparaison avec les kamikazes islamistes actuels...

Inquisiteur et attachant...

Malgré sa thématique, prétexte aux pires scènes de luxure et de torture, Nicolas Cuche n'a clairement pas fait dans la démesure. "Le trash pour le trash ne m'intéresse pas. Je ne voulais pas non plus en faire une série sulfureuse qui prendrait la forme d'un pamphlet anticlérical. D'ailleurs, quand on creuse le sujet, on se rend compte que l'Inquisition n'a pas fait autant de morts et que c'était davantage un outil de contrôle de la population plutôt que de la répression. Si vous allez au bout de la série, vous verrez que même le Grand Inquisiteur est un vrai héros dense et complexe et pourquoi pas attachant..."

Décors entièrement naturels, photographie léchée, mise en scène graphique inspirée des jeux vidéo d'heroic fantasy... La première chaîne publique française n'a pourtant pas à rougir devant sa nouvelle série facturée 10 millions d'euros. Si le premier épisode trébuche sur un long flash-back approximatif et un prologue trop démonstratif, Inquisitio se bonifie au fil de ses huit épisodes. Soutenu par la musique efficace de Christophe La Pinta et porté par l’interprétation remarquable d'Aurélien Wiik (L'Epervier), empathique à souhait, et du troublant Vladislav Galard (Sur le fil), ce polar nous plonge au cœur du Moyen Age où les croyances religieuses s’entrechoquent avec les avidités politiques.

On connaissait déjà les feuilletons mettant en scène une famille de croque-morts (Six Feet Under), des gentils mafieux (Les Soprano), des ados déjantés (Skins), une MILF (Cougar Town) et même un prof de lycée reconverti en fabricant de méthamphétamines (Breaking Bad). Désormais, avec les séries divines, la fiction télé fait voler en éclats un dernier tabou. Après le sulfureux Borgia et le plus modéré Inquisitio, la chaîne Arte diffusera Ainsi soient-ils dès la rentrée. Pas sûr que cette plongée au cœur des séminaires et des paroisses désertées de l'Hexagone ne flatte davantage le Saint-Siège...

Inquisitio
Chaque mercredi FRANCE 2 20H35

Tags: , , , ,