Livre: La femme au masque de chair

Mise en garde. Ouvrir ce livre, c'est pénétrer dans l'univers délicieusement cotonneux qu'offre Venise en hiver. Et donc assumer, à la fin de l'histoire, un retour difficile dans le quotidien morne de nos contrées.

Donna Leon maîtrise la description d'ambiance de la Sérénissime qu'elle habite depuis une vingtaine d'années. Atmosphère que l'Américaine ne se prive pas de retranscrire avec précision au fil des pages de ce roman, passant des ruelles enneigées aux palais vénitiens, dans un genre inventé pour elle: le thriller chic.

La femme au masque de chair s'ouvre sur une rencontre du sagace inspecteur Brunetti, personnage récurrent des ouvrages de la Donna. Face à la devanture d'un libraire passe un bonhomme potelé au bras d'une créature au visage mi-séduisant, mi-repoussant, dont l'aspect étrange semble s'expliquer par un goût prononcé pour la chirurgie esthétique.

Vision furtive qui se reproduira à plusieurs reprises. L'intrigue pour cette jeune femme commence à peine que déjà une seconde enquête débute sur le meurtre d'un transporteur de déchets véreux comme il faut. Le tout dénonce les travers de la société actuelle avec classe et ardeur. On en redemande.

La femme au masque de chair
Donna Leon
Calmann-Lévy, 287 p.

Les sites de sanoma utilisent des cookies. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Plus d’infos Masquer cette notification