Debrief

On s’est infligé Miss Belgique 2018 pour vous

Des plumes, du gros malaise, des chorégraphies bancales et des tenues démodées, la cérémonie de Miss Belgique 2018 n’a pas ravi grand monde samedi soir. Petit débrief d’une soirée cheap et ringarde.

Animée par Patrick Ridremont et Véronique De Kock (ex-Miss Belgique 1995), la cérémonie de Miss Belgique 2018 s’est déroulée au Plopsa Theater de La Panne. Oui, dans le parc Plopsaland lui-même, ce qui annonçait peut-être déjà la foire qui allait avoir lieu sous nos yeux. La soirée a commencé de manière très classique avec un défilé des 30 candidates en robes de soirée (censées représenter leurs personnalités respectives) sur du Axelle Red, du Céline Dion et une cover de Keane. On attendait pourtant un peu plus de dynamisme pour commencer la soirée… Sur les sourires figés des potentielles Miss, une voix off les a ensuite présentées en quelques phrases, ce qui a donné des déclarations de type : « Sa mission est de devenir Miss Belgique et de diriger une entreprise de pompe funèbre ». Pourquoi pas.

Après une brève présentation du jury (où l’on retrouve entre autres la Miss Belgique 2007 Annelien Coorevits, la chanteuse flamande Isabelle A et… Pascal Soetens, alias Pascal Le Grand Frère), c’est Dany Brillant qui a fait son entrée sur scène dans un play-back total (voix et guitare). Histoire de mettre un peu l’ambiance dans une salle que l’on sentait bien calme, à l’exception du mystérieux jeune homme en chemise blanche et cravate rouge qui a intrigué Twitter. Les candidates ont ensuite enchaîné sur une chorégraphie digne de la Macarena sur fond de Despacito (évidemment), le tout en tutus colorés.

Est alors venu le moment d’élire quelques candidates pour certaines de leurs aptitudes : sympathie, sports, réseaux sociaux, beach, grand cœur… Piètre tentative de donner une autre dimension à un concours intrinsèquement basé sur la beauté et le paraître, mais qui a valu aux deux Miss Sympathie de gagner « une voiture cabriolet à deux roues qu’on appelle un vélo » (merci Patrick pour ton humour sans bornes). La soirée s’est ponctuée d’images des candidates lors de leur séjour en Égypte, des séquences qui ont permis de remercier les sponsors via des placements de produits grossiers.

Au moment des fatidiques questions, on a eu aussi droit à quelques malaises obligés comme "Des études ont montré que les femmes sont plus intelligentes que les hommes" (merci Britany) et "Bien sûr que pas" (coucou Didem). Les candidates ont ensuite défilé en sous-vêtements et ailes en plumes dans une très mauvaise copie du célèbre (et glamour) défilé de Victoria’s Secrets. Le grand moment de la cérémonie aurait pu être le fameux défilé bikini presque supprimé suite à une demande d’AB3 qui estimait que cette mise en scène ne collait plus au contexte actuel (et pas celui en lingerie ?), mais le clou du spectacle fut donné par Gérard Lenorman. Le chanteur plus qu’en forme et sans play-back (lui) a chauffé la salle avec sa Ballade des gens heureux.

Les spectateurs qui se plaignaient des invités en rappelant que « quand même, la cérémonie de Miss France a eu Ed Sheeran » ont presque été soulagés d’entendre le célèbre rouquin pour le dernier défilé de la soirée. Mais comme l’a souligné Patrick Ridremont tout en finesse : « Ed Sheeran a chanté sur TF1, il a chanté faux. Ici on a passé un CD, il chanté juste ». Cette fine mascarade s’est finalement terminée par le couronnement d’Angeline Flor Pua d’Anvers à qui l’on souhaite beaucoup de courage pour l’année à venir. Parce que si être Miss Belgique c’est devoir prendre au sérieux ce qu’on vient de voir, il va lui en falloir beaucoup.

Ce n'est finalement peut-être pas sur scène que s'est déroulé le véritable show, mais bien sur les réseaux sociaux où les internautes s'en sont donné à cœur joie. 

ttt

Les sites de L'Avenir Hebdo SA utilisent des cookies. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Plus d’infos Masquer cette notification