Cinéma

François Damiens: "Je n'aime pas me voir à l'écran"

L’acteur dévoile une nouvelle facette de son talent de caméléon et chavire Cécile de France (et nous avec) dans Ôtez-moi d’un doute, la comédie vibrante de la rentrée.

Si vous vous posiez encore la question, ôtez-vous d’un doute. François Damiens est vraiment un comédien capable de tout. Excessif et sans filtre dans les sketches cultes de François l’embrouille qui ont bâti son succès (en attendant pour 2018 son premier long métrage entièrement tourné en caméra cachée), profond en père de famille tourmenté (dans Suzanne ou Les cowboys), bouleversant en père mutique dans La famille Bélier, le voici séducteur dans la nouvelle comédie de Carine  Tardieu, Ôtez-moi d’un doute, présentée à la Quinzaine des réalisateurs au dernier festival de Cannes. 

L’acteur bruxellois de 44 ans impose sa carrure massive dans le rôle d’Erwan, démineur breton que rien n’arrête - sauf la découverte vertigineuse et inattendue de sa filiation malmenée (en gros, son père n’est pas son père). Il y a du Montand dans cette montagne de virilité fragile découvrant par la même occasion que la fille dont il est amoureux (Cécile de France) a pas mal de chances d’être sa sœur. Mais Damiens est un grand pudique qui redoute de se voir à l’écran quand l’émotion est palpable. Il a besoin du masque du dikkenek sauce Dallas pour être à l’aise - mais n’aime rien tant que se mettre à l’épreuve. Sa “part féminine”, Damiens la travaille au corps et ça marche. À l’écran, il est de plus en plus séduisant. Sur ce, on se calme et on commande avec lui un thé vert dans le salon d’un hôtel bruxellois.

Ôtez-moi d’un doute est un film bouleversant, vous l’avez vu?

FRANÇOIS DAMIENS - Je n’aime pas me voir à l’écran. Même écouter ma messagerie vocale, c’est dur. En plus je me sentais très proche de ce film, même si ce n’est pas mon histoire et que ce n’est pas moi qui l’ai écrite. En général plus je me sens proche d’un film, moins j’ai envie de me voir dedans. C’est plus facile quand j’ai une distance ou quand je sens fort que c’est un rôle de composition. Sans distance, je suis à nu.

Pour découvrir la suite de l'article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

 

Les sites de L'Avenir Hebdo SA utilisent des cookies. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Plus d’infos Masquer cette notification