Société

Au coeur de l'hôpital du futur du Chirec !


Au travers du projet Delta, le Chirec ouvre un nouvel hôpital à Bruxelles d’une superficie de quasi 100.000 m2. Pensé comme un Rubik’s Cube, il a vocation à se transformer suivant l’évolution des soins de santé.  Un reportage à découvrir dans Moustique !

L’hôpital a été un superbe outil à soigner. Demain ce sera en plus un outil à vivre. Si on ne reste plus des semaines à l’hôpital, on y subit par contre un ou deux traitements sur la journée avant de rentrer chez soi. Les austères salles blanches et vertes aux néons tristes se transforment donc en véritable lieu de vie : "Nous y avons été très attentifs. Tous les aspects de la santé ont été pris en compte : pharmacie, une bandagisterie, une boutique spécialisée pour femmes atteintes du cancer et pour femmes enceintes, un opticien, un magasin d’appareils acoustiques, une banque, un espace détente : le «Tasty» d’une superficie de 900 m2..." précise Bernard Leleu, chef de projet Delta.

Les patients ne rentreront toutefois pas toujours par la "grande porte". A Delta, les admissions aux urgences vont passer de 30.000 entrées à 40.000 entrées. "Dans l’hôpital du futur, les proches peuvent plus facilement entrer avec les patients pour les premiers soins. La taille des salle est prévue à cet effet. Pour le Chirec, ce sera une révolution avec 35% d’admission en plus et avec des équipes de traumatologies renforcées. C’est d’autant plus importants que 60% des admissions aux urgences sont de la traumatologies" souligne le Dr Philippe El Haddad, Directeur Général Médical du Chirec.

Ils nous emmènent pour une visite exclusive dans les méandres de cet hôpital à l'entée de Bruxelles en venant de l'autoroute E411 Namur-Wavre. "On a été critiqué pour le trop grand nombre de point d’eau dans certains chambres et pièces. Pourtant, cela nous permettra de réaffecter rapidement une pièce ou un étage sans faire de grands travaux." ajoute Bernard Leleu. " Nous avons aussi fait un réel effort de création et de réflexion pour que la lumière soit en permanence au centre de l'architecture."

Le patient, la priorité

La construction de l'hôpital a aussi été réalisée pour optimaliser le déplacement des patients avec une signalisation très précise et claire : "Contrairement à d’autres hôpitaux qui sont organisés par des routes signalétiques à travers l’hôpital, nous avons choisi une organisation à partir d’un atrium pour faciliter la mobilité du patient. Il trouvera au plus vite la zone où il recevra ses soins et il ne devra pas traverser tout l’hôpital. A côté des services des urgences, la plupart des examens pourront être réalisé sur des distances courtes pour ne pas bousculer le patient."

Toutes ces évolutions n’ont qu’un objectif : mettre le patient au coeur de l’hôpital selon les concepteurs. "Le patient est réellement au coeur de notre réflexion médicale et architecturale pour lui permettre de recevoir les meilleurs soins et de pouvoir rentrer le plus vite possible chez lui. Les médecins paraissent séduits par la démarche puisque nous avons reçu ces derniers mois 20 à 30 demandes de médecins par mois pour venir travailler dans le nouvel hôpital. Cette volonté de travailler en équipe motive également fortement les jeunes médecins notamment"  reconnaît le Dr Philippe El Haddad, Directeur Général Médical du Chirec.

Les premier appareils sont déjà arrivés dans l'hôpital toujours en voie de finalisation. En effet, pour régler les appareils de radiothérapie par exemple, il faut 6 mois. Les réglages sont donc actuellement en cours, alors que la construction de l'hôpital se poursuit, comme nous avons pu le remarquer. "Ce sont actuellement les appareils les plus performants pour bien voir les tumeurs et les traiter notamment avec l’aide de la 3D " précise Bernard Leleu, chef de projet de l'hôpital Delta. Pour protéger les médecins et le personnel, ces salles ont des murs de 1 m 10 d’épaisseurs.

4500 portes

La technologie est partout au risque même d'avoir peur d'une panne de courant. " Nous sommes vigilants à cet aspect...même s'il n'y a aucune clef malgré la présence de 4500 portes. Elles sont soit activées par des ventouses, soit par des serrures digitales " précise Bernard Leleu. Les nouveaux hôpitaux sont aussi pour la plupart des lieux "sans papier".  "On sera le premier hôpital full lead et full digital." Tout cela dans une véritable réflexion écologique : " En matière d’énergie, l’hôpital ne sera pas passif même s’il sera très performant avec des cogénérateurs, du chauffage au gaz, de la géothermie avec 180 puits, des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques et des pompes à chaleur."
La révolution du monde de la santé a amené l’hôpital à repenser son architecture aussi au niveau de la sécurisation des données des patients et de son alimentation électrique.  Le cerveau de l’hôpital moderne est impressionnant : "des salles d’alimentations avec des kilomètres de câbles et d’imposants systèmes de refroidissement. Il y a deux salles identiques en cas de panne et on peut basculer de l’une à l’autre" détaille Bernard Leleu, chef de projet Delta.

Dans ce nouvel hôpital bruxellois, le médecin ou l’infirmier auront accès à toutes les données médicales dans la chambre : " Toutes les TV de nos chambres permettront d’être connectées aux données médicales du patient et ils pourront choisir leur repas jusqu’à 10 h du matin et les repas seront chauffés à l’étage. Un effort est réellement fait sur l’alimentation parce que cela fait partie de la récupération et du bien-être" commente Bernard Leleu, chef de projet Delta.

Aujourd'hui, dans différents hôpitaux à travers le monde, l’hyper-connexion du patient se voit à plusieurs niveaux : chaise-roulante ou lits connectés pour mieux gérer les déplacements dans l'hôpital tout en contrôlant les paramètres (et même les apnées du sommeil), mais aussi des pansements ou des vêtements « intelligents ». Au contact de la plaie, ils soulagent et informent les infirmières sur les soins à assurer. Dans certains hôpitaux ou à domicile, les sols intelligents sont à l'étude pour détecter les chutes et prévenir, en cas de besoin, les secours.

 

 

ttt

Les sites de L'Avenir Hebdo SA utilisent des cookies. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Plus d’infos Masquer cette notification